Une bibliothèque génétique pour la bière

Les chercheurs travaillent pour perfectionner le clonage et la préservation du cultivar de houblon

from-right-to-left_sherif-sherif_mukund-shukla_elena-popov_praveen-saxena_max-jones-web

De gauche à droite, Max Jones, Praveen Saxena, Elena Popov, Mukund Shukla et Sherif Sherif, Gosling Institute, Université de Guelph

Par Matt McIntosh, pour AgInnovation Ontario

Guelph – L’Université de Guelph pourrait bientôt être propriétaire d’une vaste nouvelle bibliothèque. Toutefois, il ne s’agit pas d’une bibliothèque de livres littéraires et de gros volumes poussiéreux. Il s’agit d’une bibliothèque axée sur le houblon, l’ingrédient principal pour fabriquer de la bière.

Inspiré par l’explosion de l’industrie de la bière artisanale au Canada, le département de l’Agriculture végétale de l’Université a mis sur pied un projet visant à compiler, préserver et à propager efficacement les variétés importantes de houblon canadien.

Selon le Dr Praveen Saxena, professeur de sciences végétales et l’un des nombreux chercheurs impliqués dans l’initiative, la raison d’être du projet comporte deux volets.

« Il y a eu plusieurs variétés de houblon uniques et parfois très rares développées sur une longue période de temps par des individus et celles-ci doivent être préservées afin que les gens puissent y avoir accès », indique le Dr Saxena.

« La majorité de ce qui est requis maintenant est importée des États-Unis et d’ailleurs. Alors, détenir une bibliothèque à l’Université de Guelph permettrait de réduire ce besoin d’importation. Nous voulons produire des plants uniformes en grand nombre lorsqu’ils sont recherchés », ajoute-t-il.

Le Dr Saxena et ses collègues Mukund Shukla, Elena Popova et Max Jones, sont actuellement impliqués dans plusieurs initiatives de bibliothèques génétiques similaires. En réalité, le projet houblon est le résultat d’un ancien projet axé sur les porte-greffes de pommier.

Qu’il s’agisse de pommes ou de houblon, le Dr Saxena indique que l’idée est la même : créer une bibliothèque génétique en mesure de propager sur demande des récoltes de grande qualité.

La bibliothèque commence par une collecte en laboratoire où les gens apportent des cultivars qu’ils veulent préserver et propager. Par la suite, le Dr Saxena et ses collègues produisent des clones de ces cultivars en éliminant des sections précises du plant et les cultivent dans un environnement de croissance entièrement stérile et méticuleusement contrôlé.

Le Dr Saxena indique que ces clones peuvent ensuite être conservés dans l’azote liquide, de façon sécuritaire et pratiquement pour toujours, et par la suite, dégelés pour être utilisés en tout temps.plant-cultivars-webPuisque les clones de ces plants sont produits dans un environnement de laboratoire entièrement contrôlé, le Dr Saxena indique qu’il est possible de préserver les traits initiaux exacts comme souhaité.

C’est-à-dire, que moins de facteurs non contrôlés devraient signifier que les plants propagés à partir de ces clones seraient d’une plus grande qualité génétique uniforme que ceux produits dans des champs, ce qui est très important pour les brasseurs qui cherchent à recréer un goût précis.

« Nous en sommes toujours aux premières étapes de ce projet, mais nous avons réussi avec d’autres cultures. Nous savons que nous pouvons utiliser ce processus pour tous les types de plants », souligne le Dr Saxena. « Maintenant, il s’agit simplement de mettre au point le processus pour le houblon. »

Une fois le processus mis au point, les brasseurs et les amateurs de bières canadiennes pourraient avoir accès à une bibliothèque centralisée fiable et cohérente d’ingrédients vraiment canadiens.

Le projet a obtenu le soutien du programme du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario Gryphon’s LAAIR (Leading to Accelerated Adoption of Innovative Research) de l’Université de Guelph, ainsi que du Gosling Research Institute pour la conservation des plants, une autre division de l’Université, axée sur la préservation de plants économiquement importants menacés et en voies de disparition.

Gryphon’s LAAIR est financé par l’initiative fédérale-provinciale-territoriale Cultivons l’avenir 2.

Images: Gosling Institute