Un nouveau producteur de cidre attire l’attention à Guelph et bien au-delà

Revel lève son verre

Tariq Ahmed extrait un échantillon

Par Matt McIntosh

Guelph – Du haut de ses trois ans, la Revel Cider Company a déjà conquis l’ensemble de la province.

De 70 à 80 bars et restaurants figurent sur la liste de clients de l’entreprise et son cidre continue de séduire un marché lucratif pour des boissons artisanales produites ici avec des ingrédients locaux.

« Pour le moment, nous n’approvisionnons que les bars et les restaurants. On nous trouve partout en Ontario, de Thunder Bay à Ottawa, en passant par London », explique Tariq Ahmed, fondateur et seul employé de l’entreprise.

Les tout débuts de Revel Cider remontent à l’époque où M. Ahmed travaillait comme ouvrier agricole. Un vieux pressoir à cidre dans l’un des bâtiments de la ferme pique sa curiosité, et c’est ainsi qu’il commence à produire du cidre dans ses temps libres. Ce passe-temps devient la Revel Cider Co. en mars 2013.

Grâce aux fonds du programme de financement de démarrage Injection de carburant d’Innovation Guelph, M. Ahmed a réussi à quadrupler sa production en moins de trois ans. Son « débit » est littéralement passé de 20 000 litres en 2015 à 80 000 litres bientôt cette année.

« L’année 2017 a démarré tard. En plein déménagement d’un espace loué à Hamilton pour installer mon entreprise à Guelph, j’ai dû attendre que tout l’équipement soit en place avant de pouvoir relancer mes opérations », dit-il.

La croissance de l’entreprise ne s’est toutefois pas accompagnée d’un ajout de personnel. Bien qu’il ait reçu un coup de main pour des aspects comme le travail graphique et quelques séances d’embouteillage, M. Ahmed fait cavalier seul – de la production à la livraison, de la commercialisation à la gestion des affaires.

« J’aime beaucoup m’occuper de tout ce qui touche à la production, mais une grande part de mon temps est consacrée à la livraison et à la rencontre des clients », explique M. Ahmed. « Cela est particulièrement important : c’est mon entreprise, et je pense offrir un service un peu plus authentique quand je mets la main à la pâte sur tous les fronts. »

Cette stratégie de proximité s’applique également à la sélection des ingrédients. En effet, une part importante du plan de commercialisation de M. Ahmed – son propre modèle d’affaires – porte sur l’approvisionnement en ingrédients locaux auprès de producteurs locaux. Son principal fournisseur de pommes est donc un producteur de la région de Grand Bend. Et selon les recettes, M. Ahmed s’approvisionne également en houblon auprès de producteurs situés à une distance de route raisonnable.

Il aime expérimenter avec des ingrédients variés – des souches de levure sauvages aux variétés autorisées de houblon européen. Il accorde de l’importance à cet exercice et estime qu’il faut garder l’esprit ouvert.

« Je veux essayer de produire du cidre en foudre, ce qui consiste à utiliser un type de tonneau de grande capacité importé de France. La bactérie qui provoque la fermentation vit à l’intérieur des pores du bois, alors il ne serait pas vraiment possible de recréer le produit sans cette pièce d’équipement », souligne-t-il. « En plus, ça sera quelque chose d’unique, car je ne connais personne qui en ait jusqu’ici tenté l’expérience ».

Pour ce qui est des prochaines étapes, M. Ahmed compte améliorer le processus de fabrication du cidre au moyen de cuves de fermentation plus grandes et plus pratiques ainsi que d’autres équipements conçus pour rationaliser la production. Du côté des affaires, il s’intéresse au marché californien – un marché lucratif, selon lui, malgré des frais de transport considérables – et il souhaite raffiner son image de marque.

Image: Revel Cider