Un dispositif portable pour chevaux passe du projet étudiant au marché mondial

horse-wearing-a-device-2-webPar Lilian Schaer pour AgInnovation Ontario

Cambridge – Une rencontre fortuite dans le cadre d’un projet de marketing au Collège Conestoga a mené à la mise au point d’un dispositif de surveillance portable pour les chevaux – semblable aux populaires FitBit que portent les individus – utilisé aujourd’hui dans le monde entier.

SeeHorse se veut à la fois un dispositif de suivi d’activité et de surveillance de la santé qui permet de recueillir tous les signes vitaux d’un cheval, y compris la température, le pouls et la fréquence respiratoire. Et lorsque quelque chose ne va pas, le système transmet une alerte par courriel à quiconque devant être informé d’un changement concernant l’état de santé de l’animal.

Une fois fixé au licou, à la bride ou à la sous-ventrière du cheval, le dispositif se synchronise avec un téléphone intelligent ou une tablette électronique. Les données qu’il recueille 24 heures sur 24 peuvent être consultées en temps réel ou à une date ultérieure sous forme de données historiques au moyen de l’application qui l’accompagne.

« Tout est automatiquement recueilli et enregistré selon la date et l’heure. Il est donc possible d’extraire l’information sous la forme d’un rapport et d’envoyer celui-ci par courriel à autant de personnes que l’on souhaite, qu’il s’agisse de vétérinaires, d’entraîneurs, de cavaliers, de propriétaires ou de gestionnaires d’écurie », explique Jessica Roberts, cofondatrice de SeeHorse et cavalière de compétition.monitoring-a-horses-vitals-from-a-smart-phone-webL’invention est née en quelque sorte d’un concours de circonstances. Alors que Mme Roberts achevait des études en marketing au Collège Conestoga de Kitchener, l’un de ses derniers projets comprenait l’élaboration d’une nouvelle stratégie de marketing pour un client.

Ce client était Peter Mankowski, cofondateur et aujourd’hui président-directeur général de SeeHorse, un ancien scientifique chez BlackBerry cherchant à obtenir de l’aide pour le dispositif de surveillance de la santé animale qu’il avait inventé.

« Peter avait développé une technologie similaire pour les chats et les chiens. En la voyant, je lui ai dit que j’étais dans l’industrie chevaline et que nous avions besoin de cela pour les chevaux », raconte Mme Roberts qui travaille maintenant à temps plein pour SeeHorse. « J’étais encore étudiante lorsque nous avons commencé à collaborer à la création de SeeHorse. Je suis reconnaissante qu’il ait accordé autant de confiance à quelqu’un tout juste sorti de l’école. »

Mme Roberts a joué un rôle important dans les travaux de recherche et de développement de SeeHorse, dont l’essai des dispositifs sur ses chevaux au centre équestre Walden Ridge, situé près de Cambridge. Ces dispositifs sont aujourd’hui utilisés dans le monde entier sur des chevaux de calibre international et olympique.jessica-feeding-her-horse-web« Au départ, nous offrions trois différents modèles, mais nous avons choisi de nous recentrer sur un seul, soit sur le plus populaire auprès de nos premiers acheteurs », dit-elle.

L’entreprise est passée du démarrage à la pleine production et distribution du produit, et elle a récemment déménagé de ces premiers bureaux chez Communitech, à Kitchener, pour s’installer dans ses propres locaux à Cambridge. Les consommateurs peuvent acheter le dispositif en ligne au seehorse.ca, ou se rendre chez leur distributeur local pour voir le produit – fabriqué en Ontario – avant d’en faire l’achat.

À court terme, Mme Roberts indique que l’objectif consistera à accroître les ventes, à ajouter des points de vente au détail, comme des boutiques de harnais locales, et à continuer de développer la technologie en écoutant les clients et en répondant à leurs besoins.

« À la surprise de tous, SeeHorse a rapidement été adopté par des cavaliers de haut calibre au Canada, aux États-Unis et à l’étranger », ajoute-t-elle. « On nous a dit qu’il n’y a rien de tel que de voir son cheval à toute heure du jour et de la nuit et de n’importe où dans le monde grâce à l’application de SeeHorse. »

Images: AgInnovation Ontario