Répondre à la demande croissante de tempeh – localement

Un aliment doux sur l’estomac et fait à base de soya de l’Ontario

Par Lilian Schaer pour AgInnovation Ontario

Kitchener – Une entreprise alimentaire locale est en pleine expansion afin de répondre à la demande croissante de tempeh, un aliment populaire de la cuisine santé qui est facile à digérer et fait à base de soya.

L’entreprise Henry’s Tempeh vient tout juste d’emménager dans de nouvelles installations à Kitchener et accroît ses capacités de transformation afin de dynamiser sa production.

Le produit alimentaire fermenté, un ingrédient de base de la cuisine indonésienne, est fait à base de soya certifié biologique produit localement en Ontario et il est offert en cinq saveurs dans plus de 300 points de vente situés du Manitoba à la Nouvelle-Écosse, ainsi que dans des magasins et restaurants locaux de la région de Kitchener.

Aliment transformé au minimum, le tempeh Henry’s est également plus pratique que d’autres tempeh puisqu’il est pasteurisé et réfrigéré, en faisant un produit facile à utiliser pour les consommateurs, souligne un des propriétaires de l’entreprise.

« Notre tempeh offre une source de protéines complètes comparables à celles du poulet ou du bœuf, et il est prêt à être consommé directement sorti de l’emballage, ce qui le rend très pratique », explique Phil Diceanu. « De plus, il se conserve jusqu’à quatre mois et il est très polyvalent et facile à cuisiner — frit, cuit au four ou émietté. »

« Notre produit parle de lui-même quant à sa facilité d’utilisation et ses bienfaits pour la santé », affirme-t-il en ajoutant que les Canadiens sont de plus en plus conscients du potentiel que présentent les produits alimentaires fermentés, une catégorie qui inclut également des produits comme le kimchi, le miso et le kéfir.

La fermentation améliore la digestibilité des aliments en décomposant les protéines en acides aminés plus simples et plus facilement absorbées par le corps humain.

Henry’s Tempeh a d’abord été fondée en 2002. À la retraite du fondateur il y a quatre ans, Paul Sauder, le partenaire d’affaires de M. Diceanu, a acheté l’entreprise après y avoir travaillé en tant qu’employé à son retour d’un séjour de plusieurs années en Indonésie. Puis, M. Diceanu et Jason Jurchuk ont acquis une part de l’entreprise de M. Sauder au cours de la dernière année, y ayant tous deux été des employés.

L’équipe d’Henry’s Tempeh – de la gauche: Jason Jurchuk, Phil Diceanu, Paul Sauder

Soy 20/20, un organisme installé à Guelph qui soutient le développement de nouvelles utilisations pour le soya canadien, collabore maintenant aux activités de vente et de commercialisation de l’entreprise, en plus de l’avoir aidé à établir un premier contact avec Bioenterprise, où Henry’s Tempeh a réussi à obtenir du financement de démarrage pour son récent projet d’expansion.« La production de Tempeh peut être complexe en raison des nombreux aspects dont il faut tenir compte, et un de nos principaux objectifs consistait à doubler nos capacités de production », explique M. Diceanu en ajoutant que le financement de démarrage de Bioenterprise a été d’un apport inestimable en vue d’automatiser les processus, d’augmenter la capacité et de satisfaire aux exigences en matière de salubrité des aliments.

La prochaine étape sera d’obtenir la certification du système d’analyse des risques et de maîtrise des points critiques (HACCP) pour les procédures de salubrité des aliments et d’élaborer un plan de marketing officiel comprenant des initiatives de promotion en ligne et de participation à des événements et festivals.

Et ils comptent bien alimenter leur pipeline d’innovation, anticipant lancer de nouveaux produits alimentaires à base de tempeh sur le marché : lanières de tempeh pour garnir les salades, tempeh émietté à utiliser comme source de protéines sur les pizzas végétariennes, par exemple.

« Voilà de bonnes nouvelles pour l’industrie canadienne du soya », souligne Jeff Schmalz de Soy 20/20. « Le tempeh est véritablement bon pour la santé du point de vue nutritionnel et il constitue un débouché commercial croissant pour les producteurs canadiens de soya qui approvisionnent les entreprises de transformation offrant des produits alimentaires de spécialité. »

Soy 20/20 reçoit des fonds de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale, provinciale et territoriale. Le Programme de financement de démarrage de Bioenterprise est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise de l’Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario.

Images: AgInnovation Ontario & Henry’s Tempeh