Les agriculteurs forment une nouvelle coopérative pour produire du sucre à partir des cannes de maïs

Stover bale resized

Des cannes de maïs compactées en balles dans un champ.

Un petit groupe d’agriculteurs de l’Ontario s’est réuni pour former une des plus récentes coopératives de l’Ontario.

La coopérative de producteurs de sucre cellulosique « Cellulosic Sugar Producers Co-operative » s’affaire à trouver un nouveau débouché pour la canne de maïs – les feuilles, les tiges et autres parties restantes de la plante une fois que les grains de maïs ont été récoltés – en les transformant en sucre qui contribuera à la fabrication de produits chimiques d’origine biologique et de biocarburants.

Cela permettra de réduire la dépendance envers les ressources non renouvelables, en plus de fournir de nouvelles sources de revenus pour ce qui est actuellement considéré comme des produits de déchets agricoles ou des ressources sous-utilisées.

« Il s’agit d’un très petit groupe pour le moment, mais la prémisse est de parvenir à l’étape où nous pouvons avoir un moulin à sucre qui produit du sucre à partir de la canne de maïs », explique Murray McLaughlin de Bioindustrial Innovation Canada (BIC), une organisation chargée de faciliter la commercialisation de technologies vertes et durables.

M McLaughlin

Murray McLaughlin de Bioindustrial Innovation Canada

« Nous sommes probablement encore à deux ans avant la mise sur pied à savoir quelle sera la technologie utilisée pour le moulin à sucre; toutefois, la coopérative serait le partenaire d’un moulin à sucre pour fournir les cannes de maïs ou autres biomasses », ajoute-t-il.

McLaughlin indique que les agriculteurs de l’Ontario sont devenus tellement efficaces à la production du maïs qu’il y a maintenant trop de cannes laissées dans les champs et que celles-ci devraient y être retirées afin de maintenir la qualité et la productivité des sols.

Il participe actuellement à un projet de conversion de biomasse en sucre qui évalue et formule des recommandations sur l’aspect économique, la disponibilité et l’approvisionnement de biomasse comme les cannes de maïs et la paille de blé, ainsi que les techniques de conversion disponibles et les marchés potentiels.

Le but ultime est de faire en sorte d’avoir une installation complète de sucre cellulosique commercial dans le sud de l’Ontario à compter de l’année 2018-2019; la création de la coopérative est une étape importante pour la mise en place de la nouvelle chaîne d’approvisionnement.

« La plupart des membres de la coopérative sont dans la zone de culture du maïs de l’Ontario, principalement de Lambton, Middlesex et Chatham-Kent; toutefois, nous aimerions voir cela s’étendre à travers la province. Dans le futur, nous aurons besoin de plus d’un moulin », indique-t-il.

Présidé par l’agriculteur Dave Parks, la mission première des neuf membres est le recrutement de nouveaux membres.

Le conseil se réunit tous les trimestres pour recevoir des mises à jour sur les progrès du projet de recherche, et intensifiera les activités promotionnelles et de marketing de manière à sensibiliser et attirer de nouveaux membres.

L’année dernière, La Fédération de l’agriculture de l’Ontario a coordonné une démonstration d’équipements conçus pour la récolte de cannes de maïs. La démonstration s’est tenue en septembre lors du Canada’s Outdoor Farm Show à Woodstock et également en novembre sur une ferme du comté de Lambton.

McLaughlin indique qu’ensemble, ces deux événements ont attiré plus de 1 000 personnes, prouvant qu’il y a de l’intérêt pour ce nouveau débouché dans la collectivité agricole.

La bioéconomie du Canada évolue, passant d’une focalisation antérieure sur l’éthanol à un large éventail de bioproduits et d’occasions qui apporteront une valeur ajoutée à plusieurs coproduits agricoles qui ne sont pas actuellement utilisés.

Le projet de conversion de biomasse en sucre est financé dans le cadre du programme fédéral-provincial-territorial, « Cultivons l’avenir 2 ». Le Conseil de l’adaptation agricole aide à la prestation de Cultivons l’avenir 2 en Ontario.