L’aubergine asiatique : nouvel aliment local de l’Ontario

Asian and Indian eggplant - web
Par Lilian Schaer pour AgInnovation Ontario

Vineland (Ontario) – L’aubergine chinoise longue et l’aubergine ronde indienne figurent maintenant parmi les plus récentes cultures légumières produites en Ontario, grâce à des activités de recherche en cours au Centre de recherche et d’innovation de Vineland (Centre de Vineland).

Certaines quantités d’aubergines asiatiques de plein champ produites au Canada sont déjà offertes dans des magasins de détail de l’Ontario, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et du Québec, mais les chercheurs de Vineland se penchent également sur la production en serre de ces légumes à longueur d’année.

Le projet sur les cultures exotiques du Centre de Vineland a été lancé en 2008 avec une série d’initiatives visant à évaluer différentes cultures légumières populaires auprès des Néo-Canadiens originaires de l’Asie, de l’Afrique et des Caraïbes. Le gombo (okra) et l’aubergine ont ultimement été choisis comme les deux cultures les plus prometteuses pour leurs volumes potentiels et leur capacité de croissance en Ontario.

« En 2015, plus de 24 millions de kilogrammes d’aubergines ont été importés au Canada, et ce chiffre a augmenté de 32 % au cours des cinq dernières années. D’ici 2030, nous envisageons un marché de 50 millions de kilogrammes pour l’aubergine seulement », explique M. Viliam Zvalo, un des chercheurs scientifiques en production de légumes du Centre de Vineland participant au projet.

Il ajoute que les marchés clés se trouvent plus particulièrement au sein de communautés d’immigrants originaires de l’Asie du Sud-Est, mais que les goûts changeants des Canadiens de longue date créent également certains débouchés.Harvested eggplant in the greenhouse - webSelon M. Zvalo, l’objectif du projet est de permettre aux producteurs canadiens de profiter des nouveaux débouchés créés par l’immigration et l’évolution des préférences des consommateurs par la mise au point de systèmes de production pour ces nouvelles cultures.

Les chercheurs du Centre de Vineland étudient actuellement l’aubergine chinoise longue (un légume violet foncé d’environ 30 cm de longueur), l’aubergine japonaise, ou taïwanaise, qui a une forme similaire mais une couleur plus foncée, et l’aubergine indienne ronde de forme plus petite.

« L’aubergine chinoise longue et l’aubergine japonaise représentent environ 85 % du marché. L’aubergine indienne ronde offre des débouchés moins importants, mais certains détaillants ont manifesté un intérêt pour sa mise en marché en tant que mini aubergine, ce qui pourrait faire croître cette catégorie », souligne M. Zvalo.

Dans les serres, les vignes d’aubergine peuvent atteindre jusqu’à cinq ou sept mètres de hauteur, alors qu’elles n’atteignent qu’entre 60 et 90 centimètres de hauteur dans les champs. La densité de plantation est de 2,3 plants par mètre carré avec trois têtes par plan, pour un total de 6,9 têtes par mètre carré, une densité semblable à celle qu’auraient les producteurs commerciaux.

Dans les serres de culture sur fils hauts, la norme vise une culture par année pour un rendement de 35 à 40 kilogrammes d’aubergines par mètre carré, ce qui se compare au rendement des poivrons de serre, qui varie de 30 à 45 kilogrammes par année.Viliam Zvalo with eggplant vines - web « Dans la serre, nous avons greffé les meilleures variétés issues d’essais précédents sur divers porte-greffes de tomates et d’aubergines afin de pouvoir déterminer la meilleure combinaison de variété et de porte-greffe », indique M. Zvalo, ajoutant que le greffage pourrait doubler le rendement.

Le greffage serait également envisageable pour la production d’aubergines de plein champ afin d’améliorer la résistance aux maladies terricoles, la fumigation étant actuellement le seul moyen dont disposent actuellement les producteurs.

Les essais du Centre de Vineland réalisés sur des aubergines de plein champ comprennent également un processus de sélection des meilleures variétés et d’évaluation des pratiques optimales pour la production de plein champ, comme l’espacement, la gestion de la fertilisation, l’utilisation de minitunnels flottants et de paillis plastique, le tuteurage et la taille.

« Notre projet sur les cultures exotiques se terminera dans deux ans. L’an prochain, nous réaliserons un essai commercial en serre avec les meilleures combinaisons de variété et de porte-greffe en utilisant l’aubergine chinoise longue et l’aubergine ronde indienne en part égale », explique M. Zvalo. « Nous espérons susciter un certain intérêt de la part des producteurs avec cette nouvelle culture. »

Le projet sur les cultures exotiques est financé par Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale, provinciale et territoriale, dans le cadre du programme Agri-innovation.

Images: AgInnovation Ontario