Dix ans d’innovation axée sur l’industrie et les consommateurs

Le Vineland Research and Innovation Centre a le vent dans les voiles

Bâtiment du Centre de recherche et d’innovation de Vineland

Par Lilian Schaer

Vineland – Il y a dix ans, un nouveau centre de recherche en horticulture appelé Vineland Research and Innovation Centre ouvrait ses portes dans la région de Niagara.

Depuis, ce centre captive l’attention au Canada et à l’étranger par ses innovations axées sur les besoins. Cet organisme représente chaque maillon de la chaîne de valeur horticole, des producteurs aux consommateurs, et n’hésite pas à prendre des mesures audacieuses pour aider l’industrie à résoudre les problèmes.

« Nous avons commencé par déterminer ce qu’il fallait faire et comment nous devions travailler pour faire une différence, c’est-à-dire pour produire des résultats concrets et avoir un impact réel, de la ferme au point de vente », explique M. Jim Brandle, directeur général du Vineland Research and Innovation Centre.

Le besoin associé à la forte intensité de main-d’œuvre de la production horticole a été cerné dès le départ. Aujourd’hui, des machines conçues dans le cadre du programme de robotique de Vineland et fabriquées en Ontario entrent en service dans des serres fruitières et légumières, ce qui aidera considérablement les producteurs à demeurer concurrentiels, tout en donnant un coup de pouce au secteur local de la fabrication et de l’automatisation, selon M. Brandle. Continuer la lecture

Une entreprise de Waterloo met à l’essai une technologie d’inspection alimentaire reposant sur l’utilisation de la lumière chez un transformateur alimentaire de la région de Burlington

Que la lumière se fasse

Par Matt McIntosh

Waterloo – Une lumière appropriée ne fait pas que mettre en valeur la salade que vous vous apprêtez à manger. Elle peut vous dire si votre salade est de bonne qualité.

Avec la bonne technologie, il est possible d’utiliser la lumière pour mesurer la qualité de la nourriture en temps réel. Dans le domaine de la transformation des aliments, elle peut aider à rendre les systèmes de production plus efficaces et à réduire le gaspillage.

Grâce à un financement obtenu par l’entremise de Cultivons l’avenir 2, P & P Optica, de Waterloo, a fait breveter un système permettant d’intégrer une technologie d’imagerie hyperspectrale dans un milieu de transformation alimentaire où le rythme est rapide.

« Nous avons développé ce que nous appelons le PPO Smart Imaging, un processus qui utilise la lumière pour analyser la composition chimique d’un produit alimentaire précis », déclare Kevin Turnbull, vice-président des ventes chez P & P Optica. Continuer la lecture

Les tendances alimentaires et les préférences des consommateurs stimulent la croissance de Harriston Packing

Par Jeanine Moyer

Harriston (Ontario) – Harriston Packing Company Ltd. atteste de la véracité du vieil adage selon lequel le client a toujours raison.

Cette année, l’entreprise familiale, située dans une petite ville, célèbre ses 50 ans. Selon le copropriétaire, Mark Oelschlagel, qui représente la deuxième génération de propriétaires, être à l’écoute de ses clients a été la clé de la croissance, surtout ces dernières années. Au cours des dix dernières années, les tendances alimentaires locales et l’évolution des habitudes d’achat des consommateurs ont réorienté l’entreprise de transformation et de distribution de la viande.

Aujourd’hui, l’entreprise familiale située à Harriston, en Ontario, est plus prospère que jamais. M. Oelschlagel continue d’adapter le modèle d’entreprise aux besoins de ses clients et ses résultats sont payants.

« La vente en gros directement au consommateur et la vente au détail se sont multipliées par six au cours des dix dernières années », explique M. Oelschlagel. Il constate aussi que la tendance s’étend à la transformation sur demande dans le cas des agriculteurs, à mesure que la production agricole augmente. Continuer la lecture

Des fruits mûrs au moment opportun : Un nouveau produit naturel aide les producteurs à gérer le moment de la récolte

Arbre fruitier en avant arrosé; arbre à gauche et droite, non arrosés

Par Lisa McLean

Vineland – Pourquoi les meilleurs fruits semblent-ils avoir la durée de conservation la plus courte? Les marchés de fruits frais partout dans le monde sont confrontés à ce défi, qui a des conséquences réelles pour les clients et les fruiticulteurs.

Des recherches récentes menées à l’Université de Guelph ont abouti à la mise au point d’un produit qui prolonge la durée de conservation des fruits frais de plusieurs jours, voire de quelques semaines, et qui est porteur de promesses pour les régions du monde qui sont touchées par l’insécurité alimentaire.

« Chez les humains comme chez les fruits, la peau finit par se rider; ce phénomène fait partie du cycle de la vie et s’explique par le fait que les membranes commencent à perdre de leur fermeté », explique Jay Subramanian, professeur de sélection des fruits de verger et de biotechnologie à l’Université de Guelph, qui travaille à la station de recherche de Vineland. « Nous savons maintenant qu’il est possible de ralentir les enzymes responsables de cette détérioration. »

Le secret, selon M. Subramanian, réside dans l’hexanal, un composé naturel que produit chaque plante sur la planète. Son laboratoire a mis au point une formule qui contient une forte concentration d’hexanal et permet aux fruits de conserver leur fraîcheur plus longtemps. Continuer la lecture

La culture du gombo, une avenue intéressante pour les agriculteurs canadiens

Par Lilian Schaer

Vineland – La culture du gombo pourrait s’avérer intéressante pour les agriculteurs qui cherchent à ajouter une nouvelle culture à leurs rotations.

Voilà ce que nous expliquent des chercheurs du Centre de recherche et d’innovation de Vineland (Centre de Vineland) qui étudient cette culture depuis les cinq dernières années. Et les résultats d’essais sur le terrain réalisés avec trois variétés de gombos au cours des deux dernières années semblent très prometteurs.

« Nous savons que le gombo peut être cultivé de façon commerciale dans le Sud de l’Ontario et qu’un rendement de 20 000 kg par hectare est envisageable », indique M. Viliam Zvalo, chercheur scientifique au Centre de Vineland.

Le Canada a importé plus de six millions de kilogrammes de gombo en 2015, une augmentation de 43 % par rapport à 2011. Il y a donc une réelle demande sur le marché pour cette nouvelle culture, un incontournable de la cuisine de l’Asie du Sud et du Sud-Est.

M. Zvalo se montre particulièrement enthousiaste envers les trois autres variétés de graines de gombos que le Centre de Vineland a obtenues de l’entreprise East-West Seeds, située en Thaïlande. Cette entreprise joue un rôle prépondérant dans le marché des semences de gombo dans des pays comme l’Inde, les Philippines, la Malaisie et la Thaïlande, les principaux producteurs mondiaux de gombo.

« Nous avons mis en terre certaines de ces variétés en juin dernier et avons été émerveillés par leur potentiel de rendement », explique-t-il. Elles pourraient très bien surpasser les variétés que nous utilisions jusqu’à présent, et nous sommes convaincus qu’elles se cultiveront très bien ici. » Continuer la lecture