Plus de pommes de terre de l’Ontario dans l’assiette des Ontariens

Varieties being tested - webPar Lilian Schaer pour AgInnovation Ontario
Elora, Ontario – Des producteurs de pommes de terre de l’Ontario se sont alliés avec des chercheurs de l’Université de Guelph pour identifier de nouvelles variétés de pommes de terre qui poussent bien dans cette province et offrir aux consommateurs des pommes de terre à la fois délicieuses et nutritives.

En Ontario, le marché de la pomme de terre fraîche ou primeur – les premières pommes de terre de la saison mises sur le marché, généralement au début de juillet – est dominé par des pommes de terre rondes et blanches. Très peu de variétés de pommes de terre rouges ou jaunes, à fort potentiel nutritionnel, sont actuellement disponibles pour être cultivées en Ontario.

« Le marché du frais et primeur est très important, sa valeur étant d’environ 4 millions de dollars par année. C’est pourquoi nous cherchons à identifier et à établir des variétés de pommes de terre rouges et jaunes pour ce marché, des variétés cultivées en Ontario et adaptées au marché et au climat de cette province », explique Vanessa Currie, une technicienne de recherche du département d’agronomie de l’Université de Guelph qui travaille sur ce projet financé par le Programme ontarien d’innovation agricole.

« Plus précisément, nous cherchons des variétés rouges, jaunes, de spécialité et à valeur ajoutée », ajoute-t-elle. « Des variétés de spécialité sont, par exemple, des pommes de terre à peau pourpre ou à chair rouge ou pourpre, ce qui indique une forte concentration d’antioxydants et une excellente valeur nutritive. »

Harvesting potato plots at Elora - webUn Ontarien moyen consomme environ 140 livres de pommes de terre par année. La valeur de tout le marché de la pomme de terre fraîche de l’Ontario s’élève à 40 millions de dollars par année et les producteurs de pommes de terre de l’Ontario approvisionnent environ 70 % de ce marché.

L’Université de Guelph possède un programme d’essai des variétés bien établi et une bonne relation de travail avec l’industrie de la pomme de terre de l’Ontario. En effet, elle reçoit chaque année, à des fins d’évaluation, de 50 à 60 lignées de pommes de terre de transformation et de pommes de terre fraîches élite du programme de sélection d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). Ces lignées ont déjà fait l’objet de certains tests et d’essais en parcelle réalisés annuellement.

En 2014, l’Université a également reçu 300 lignées de première génération, qui ne sont pas encore aussi bien établies et testées que les lignées élite, mais qui s’annoncent prometteuses pour les essais en Ontario. L’équipe de Mme Currie obtient également certaines cultures auprès des universités américaines et des programmes de sélection privés.

Potato in the field - webJusqu’à présent, plusieurs lignées à rendement élevé qui possèdent peut-être également des propriétés antioxydantes sont jugées prometteuses. On peut citer comme exemples la lignée 2147, une patate qui possède une belle peau pourpre et qui produit bien au-delà de 600 sacs par acre, et une petite pomme de terre ronde appelée « Red Endeavor » qui est idéale pour le marché du chef.

« Quand vous pouvez choisir parmi une large variété de produits, il est bien plus probable que vous trouviez quelque chose que vous aimez », dit Mme Currie, en ajoutant que les essais sur le terrain sont complétés par une analyse nutritionnelle réalisée à l’Université par des scientifiques des produits alimentaires.

Chaque année, en août, la station de recherches d’Elora (Ontario) de l’Université de Guelph organise une journée agricole où les variétés qui font l’objet d’essais sont exposées et les producteurs peuvent poser des questions à l’équipe de recherche. On peut se procurer un rapport annuel sur les résultats de tous les essais réalisés auprès de l’Ontario Potato Board.

Potato digging machine - web« La pomme de terre a des vertus nutritives exceptionnelles. Si nous pouvons trouver des variétés qui sont plus attrayantes pour les consommateurs tout en augmentant la rentabilité et la durabilité de la production pour les producteurs, alors c’est un succès », déclare Mme Currie. « Notre travail est utile parce que les producteurs disposent d’un plus grand choix de variétés et les consommateurs peuvent se procurer des pommes de terre fraîches, de grande qualité et de terroir. »

Le Programme ontarien d’innovation agricole reçoit des fonds de Cultivons l’avenir 2 (CA2), une initiative fédérale, provinciale et territoriale. Le Conseil de l’adaptation agricole contribue à l’exécution de CA2 en Ontario.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *