Pour des raisins de qualité, la patience est de mise

Des essais sur des raisins de cuve donnent des résultats prometteurs

Par Lisa McLean

Vineland (Ontario) – Lorsque Helen K. Fisher a pris sa retraite en tant que chercheuse en viticulture au Vineland Research and Innovation Centre (Vineland), il lui restait quelques détails à régler.

En l’occurrence, que faire de ses travaux de recherche sur des sélections avancées de raisins de cuve pour les régions viticoles à climat froid?

« Le travail de sélection du raisin de cuve est un processus très lent », indique Mme Fisher. « En plus d’essayer de trouver une plante qui soit adaptée au climat, il faut également que celle-ci corresponde au profil de vin recherché par les producteurs vinicoles. » Continuer la lecture

Une nouvelle solution écologique pour nettoyer les eaux résiduelles des fermes à crevettes

Par Jeanine Moyer

Guelph – Les crevetticulteurs de l’Ontario pourraient bientôt franchir un cap écologique… grâce aux algues! Une nouvelle recherche vise à utiliser des algues pour nettoyer de façon naturelle l’eau salée recirculée des fermes à crevettes. Le nouveau processus n’en est qu’à ses premiers stades de développement. Très efficace, il consiste à éliminer les nutriments et le dioxyde de carbone de l’eau salée recirculée, et il est actuellement testé par l’Université de Guelph.

« L’idée n’est pas toute neuve », reconnaît Andreas Heyland, principal chercheur du projet et professeur en biologie intégrative à l’Université de Guelph. « Mais nous avons réussi à sélectionner des souches d’algue très efficaces, capables de pousser dans l’eau recirculée. »

Ces dernières années, la crevetticulture à l’intérieur des terres a pris de l’ampleur en Ontario; la hausse de la demande pour des crevettes locales cultivées à proximité du marché en est la cause. Les crevetticulteurs cherchent donc de nouvelles façons de gérer l’accumulation de nutriments dans le système de production : les méthodes traditionnelles ne produisent que peu de revenus, et l’eau salée ne peut pas facilement être rejetée dans l’environnement. Continuer la lecture

Trouver l’éclairage optimal pour produire de meilleures plantes – sur Terre et dans l’espace

Par Lilian Schaer

Guelph – Vu de l’extérieur, le bâtiment niché sur une petite rue du campus de l’Université de Guelph n’a rien de très particulier. Néanmoins, ce qu’il héberge est des plus impressionnants – et pourrait fort bien éclairer la voie à une prochaine vie humaine dans l’espace, voire à un meilleur avenir ici sur Terre.

Les projets se multiplient au Controlled Environment Systems Research Facility (centre de recherche sur les systèmes d’environnement contrôlé). Alors que certains chercheurs étudient les meilleures façons de cultiver des aliments ailleurs que sur Terre, d’autres mettent à l’essai différents éclairages pour améliorer la production de cannabis thérapeutique et de plantes de tabac anticancéreuses, d’aider les pépinières à réduire la quantité d’eau et d’engrais qu’elles utilisent pour leurs arbres et arbustes, ou encore, de trouver des solutions économiques pour la culture de plantes à massifs plus compactes.

De son côté, le candidat au doctorat Dave Hawley se penche sur la meilleure combinaison de lumières à DEL à utiliser dans de petites chambres de culture à atmosphère basse. Pour ce faire, il utilise des plantes de basilic et des fraisiers et met à l’essai différentes combinaisons qui puissent non seulement simuler la lumière naturelle du soleil, mais aussi l’améliorer, pour produire des aliments plus savoureux et ultimement nourrir des équipages lors de longs séjours dans l’espace. Continuer la lecture

Une étiquette écologique, un produit traçable

Une entreprise du comté d’Essex remporte un succès à l’international avec ses étiquettes en papier et sa technologie d’automatisation

Par Matt McIntosh

Windsor – Garantir la traçabilité des produits est essentiel pour les transformateurs d’aliments, et une entreprise du comté d’Essex spécialisée en automatisation agricole aide ces transformateurs à améliorer leur démarche de manière durable depuis 27 ans.

« Il y a 30 ans, nous n’entendions pas parler d’automatisation dans le domaine de l’agriculture, mais il y avait de toute évidence un besoin », affirme Joe Sleiman, fondateur et président d’Ag-Tronic Control Systems, une entreprise de technologies d’automatisation située près de Windsor.

« Nous avons commencé par chercher des moyens d’aider les producteurs maraîchers locaux à améliorer l’efficacité de leurs opérations d’une façon plus durable. Aujourd’hui, nous travaillons avec des clients partout au Canada, aux États-Unis et au Mexique, et nous serons bientôt en Amérique du Sud, en Europe et en Australie », ajoute l’entrepreneur. Continuer la lecture

L’ADN ne ment pas : une nouvelle technologie permet l’authentification de produits alimentaires

Steven Newmaster

Jane Robinson

Guelph – Depuis déjà quelque temps, les scientifiques peuvent attribuer des codes à barres aux séquences d’ADN uniques de nombreux organismes et consigner ces informations dans des bases de données. Aujourd’hui, ils mettent cette technologie à l’épreuve afin d’authentifier divers produits alimentaires.

Steven Newmaster, professeur à l’Université de Guelph, aide les fabricants de produits alimentaires à vérifier que les produits qu’ils utilisent ne contiennent aucun ingrédient falsifié.

Des scientifiques de l’Université de Guelph ont inventé le codage à barres de l’ADN en 2003. En commençant par les séquences génétiques d’animaux et de plantes, ils sont parvenus à répertorier plus de 60 000 espèces végétales à ce jour. M. Newmaster, directeur de la Natural Health Products Research Alliance (alliance de recherche sur les produits de santé naturels) de l’Université de Guelph, s’est posé la question à savoir comment l’industrie des aliments ou des produits de santé naturels pourrait utiliser les données consignées.

À partir de ces codes à barres catalogués, il a d’abord mis au point de nouvelles bases de données génétiques pour les espèces végétales commerciales utilisées en agriculture et dans la fabrication de produits alimentaires. Cette étape a ensuite mené à la création d’un nouvel outil pour lutter contre la fraude alimentaire – la pratique d’utiliser des ingrédients de substitution moins coûteux dans l’industrie alimentaire – qui permettra bientôt aux fabricants de procéder à l’analyse des produits dans leurs propres installations. Continuer la lecture